PARCOURS

photo2Au fil du temps et des rencontres, l’univers de Véronique Laurent, flûtiste et chanteuse, se construit pour se diriger vers une expression de plus en plus personnelle. Avec un regard sociologique, humoristique et poétique, Véronique questionne les formes, les places et les normes pour écrire des chansons qui proposent d’autres manières de regarder le monde.  Voici son parcours…

Véronique Laurent est née à Liège, en 1981. Sa maman, qui joue de la guitare et compose des chansons, l’initie à`l’âge de 10 ans à la musique en l’inscrivant à des cours de flûte à bec. Vers 12 ans, elle apprend la flûte traversière en suivant huit années de cours avec Sabine Ziane.

Intéressée par la compréhension du fonctionnement de notre société, Véronique entreprend des études supérieures de sociologie. Tout en travaillant en tant que sociologue, Véronique décide de se former au chant de variété en suivant trois années de cours avec Angela Carissimi au sein de l’école de musique Croch asbl.

concert14juinSuite à un stage d’écriture de chansons en 2008 à l’AKDT de Libramont, Véronique rencontre Hughes Maréchal et Daria de Martynoff qui lui donnent envie de composer et de mettre en musique ses propres textes. Elle trouve sa voie. Son premier texte est « Technofolie » : une chanson sur l’omni-présence des technologies dans notre société. Une thématique influencée par sa pratique professionnelle de sociologue-chercheuse.  Son second texte est : « Toujours la même ». Ce texte questionne le bonheur en se demandant si nous serions nécessairement tous heureux en suivant la voie toute tracée d’avoir une grande maison, deux enfants et un chien. Pour mettre des accords et harmoniser ses mélodies, Véronique s’entoure des pianistes Aurélien Belle et Flavio Cammarata. Elle a la chance de pouvoir jouer avec eux dans plusieurs concerts.

Tout en composant, Véronique continue à se former et à se passionner pour de nouvelles matières.  En 2008, elle se dirige vers des cours d’interprétation de la chanson avec Daria de Martynoff. En 2010, elle prend des cours de solfège avec Véronique Ravier et de flûte traversière avec Audrey Ribaucourt à l’Académie d’Etterbeek. Elle fréquente l’asbl ReMuA qui l’ouvre vers une approche créative de la musique. En 2011, elle suit une année de cours de chant avec Anouk Ganzevoort puis une année de cours aux Ateliers Chanson de Bruxelles. Elle continue également à suivre des stages et des week-end de formation.

Au fil du temps, et des rencontres, l’univers de Véronique Laurent se construit pour se diriger vers une expression de plus en plus personnelle. Avec un regard sociologique, humoristique et poétique, Véronique questionne les formes, les places et les normes pour écrire des chansons qui proposent d’autres manières de regarder le monde. Des chansons qui se veulent à la fois réflexives et accessibles.

Son éclectisme la pousse à écrire sur des sujets variés comme l’enfermement d’un lama dans un zoo (« Le blues du lama »), les gens qui ont réponse à tout (« Il a réponse à tout ») ou encore la différence de chemins de vie au sein d’une même fratrie (« Son chemin »). Son premier instrument, la flûte traversière, ne la quitte pas. Véronique choisit de jouer de la flûte dans certaines chansons et de composer d’autres morceaux exclusivement instrumentaux.

En 2012, Véronique sort son premier album de 12 titres : « Changer ses habitudes ». Un album enregistré à la Ferme du Biérau à Louvain La Neuve. Elle y est notamment accompagnée par Flavio Cammarata au piano, François Goffart à l’accordéon et son homonyme Véronique Laurent au tuba.

IMG_5103Depuis 2012, Véronique suit des cours de jazz et de piano à l’ Académie d’Amay. Elle y reçoit un précieux bagage pour pouvoir improviser et harmoniser des morceaux. Des morceaux qui prennent une nouvelle direction en contenant davantage d’espace pour l’improvisation qui sera au cœur de son travail. Depuis 2013, Véronique Laurent présente ses compositions en trio avec Octavio Amos au piano et Guillaume Ancion à la trompette et au bugle. Elle a eu l’occasion de les présenter dans plusieurs salles de concerts comme le Centre Culturel d’Ans, le B’Izou, l’An Vert et dans d’autres lieux comme à l’Archéoforum de Liège. Elle prépare actuellement l’enregistrement d’un deuxième album de compositions en trio avec plusieurs invités.

À coté de son projet musical personnel, Véronique s’investit également dans d’autres projets comme dans l’accompagnement d’artistes tels que Yves Marchal, Hugues Draye ou encore Aurélien Belle à la flûte traversière. Avec l’humoriste Jean Dufour, elle créé « Kikeça ? », un spectacle original d’humour et de chansons dont les bénéfices servent à financer un centre pour enfants handicapés à Kinshasa (RDC Congo). Elle est aussi flutiste et chanteuse dans le groupe « L’air de rien » qui revisite quelques pages de la bonne chanson française avec une prédilection pour le répertoire de Georges Brassens. Elle participe également, de temps en temps, à des concerts de musique classique.

Une aventure passionnante, créative et enrichissante…